El Chalten – Parc national Los Glaciares

Un premier stop pour rallier la frontière chilienne, puis un deuxième stop pour rallier la frontière argentine, un coup de tampon, quelques kilomètres à pied, et nous voilà à Los Antiguos, petit village argentin proche de la frontière.

Nous arrivons à 12h, et notre bus ne part qu’à 20h. Et dans ce petit village, pas grand-chose à faire…

Nous patientons autour de glaces et de jeu de cartes pendant plusieurs heures avant d’embarquer dans le bus de nuit (ca faisait longtemps !).

12h de trajet plus tard, nous débarquons à El Chalten, capitale du trekking en Argentine, un des coins les plus connus de la Patagonie.

Des dizaines de randonnées partent depuis ce village construit il y a 40 ans pour accueillir les hordes de voyageurs qui viennent explorer le Parc National Los Glaciares.

Et contrairement à tous les autres parcs Chilien et Argentin où l’entrée coûte entre 8 et 40€/pers, celui-ci est gratuit ! Les voyageurs y restent donc généralement plusieurs jours pour profiter pleinement de ce parc !

Pour notre première randonnée, nous choisissons celle des Los Tres Lagos, la plus connue, la plus belle, mais aussi une des randonnées les plus éprouvantes.

Nous partons assez tôt le matin, pour éviter le départ massif des randonneurs. Les paysages que nous traversons sont encore une fois splendides :

Oui ! Une twingo en Patagonie !

Au bout de 9 km de marche, nous débutons l’interminable montée finale. Environ 1h pour grimper 400 mètres sur 1km (soit une pente de 40%), et enfin arriver au mirador de la lagune des Tres Lagos :

La récompense est bien supérieure à l’effort et les mots nous manquent pour décrire ce point de vue…

 

Le Fitz Roy, culminant à plus de 3400m est juste en face de nous. Il joue à cache-cache dans les nuages, comme à son habitude.

Sur le chemin du retour, nous bifurquons pour aller voir le mirador de la lagune Piedra Blanca, avec son glacier perché au-dessus. Encore quelques km de marche, et encore un moment d’émerveillement :

Il est temps de tout redescendre jusqu’au village. La descente nous parait bien pire que la montée. Les genoux souffrent. Nous arrivons en bas après 9h de marche et un peu plus de 27 km…

Le lendemain, nous souhaitions repartir en randonnée, mais nos jambes ne semblent pas d’accord.

On ira juste admirer la cascade du Chorillo Del Salto, situé à 4 km du village. Des condors passent juste au-dessus de nos têtes et rendent le spectacle magique ! C’est presque effrayant de voir ces oiseaux de 5 mètres d’envergure de si près.

Pour notre troisième jour à El Chalten, nous nous préparons à partir tôt, lorsque la météo change brutalement. Le ciel se couvre de nuages, et c’est à ce moment qu’Arnaud et Camille arrivent dans l’auberge ! On décide donc de rester au chaud le matin, puis l’après-midi d’aller admirer un mirador sur les hauteurs du village.

La randonnée prévue la veille s’effectuera donc le jour d’après, avec Arnaud et Camille.

C’est parti pour la laguna Torre : 20 km aller-retour, sous un ciel gris, un vent violent par moment, et une pluie très fine tout à la fin. Les sommets alentours sont tous dans les nuages, mais le chemin est très sympa, et plutôt plat !

Une forêt blanche, forêt d’arbres morts

La lagune n’est pas aussi belle que les autres, mais présente la particularité d’avoir quelques icebergs qui se détachent du glacier puis flottent sur la lagune.

Nous partons maintenant en direction d’El Calafate, 200 km plus au sud.

6 réponses à “El Chalten – Parc national Los Glaciares”

  1. Isa dit :

    Encore un coin splendide……!
    Vos photos ressemblent à des cartes postales.
    Bisous

  2. Mamy dit :

    C’est vrai que vos photos sont superbes (vous êtes des vrais pros!)Merci de nous faire partager toutes ces merveilles.
    Bisous

  3. S&P dit :

    Encore splendide! Vos efforts ont payé avec ces paysages magnifiques!
    Gros bisous les athlètes

  4. Chloé (et Nico) dit :

    Waou ! ♥

  5. Céline HL dit :

    Je me disais justement au début de l’article : « Mais ils n’ont jamais mal aux jambes à marcher tous les jours comme ça ??? » Donc ça me rassure de voir que parfois vous avez quand même besoin de repos ! Mais bravo les sportifs :o) Et merci encore et encore pour ces partages ! Des bisous à vous 2

  6. GILLES dit :

    On comprend mieux pourquoi Florent Pagny a décidé de partager sa vie entre la France et la Patagonie, histoire d’avoir une vie normale et équilibrée.
    En rentrant (si vous rentrez) je vous conseille de lire ‘En Patagonie avec Michel Houellebecq’ de Machado Da Silva.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *